African Traditional Medicine logo Meaning

  • The map of Africa denotes African ownership of African Traditional Medicine.  
  • The medicinal plant, rose-colored pure flower, represents the main raw materials used in traditional medicine. 
  • The green background of the map of Africa denotes the rich African biodiversity. 
  • The blue colour surrounding most of the African continent represents the bodies of water, which surround most of Africa, and are additional sources of some traditional medicines. 
  • The golden ring which houses all the other elements is a reflection of the golden competitive advantages that African Traditional Medicine offers with potential impact on the health, economy and development of African communities

MESSAGE FROM THE PRESIDENT OF PROMETRA INTERNATIONAL

English

 My Beloved Ones Brothers And Sisters

Since the Alma Ata conference in 1978, the World Health Organization-WHO-has always had a coherent vision for Traditional Medicine.

Must we recall, in July 2001 at the Lusaka Summit, the African Heads of States took a historic position, making the decade 2001-2010 the rehabilitation of Traditional Medicine. This important statement:

  • recognizes the important role Traditional Medicine continues to play in African societies,
  • recognizes that Member States and their governments must necessarily establish a basic knowledge of traditional resources to help achieve the goal of “health for all …”, mobilizing and using these resources more effectively,
  • approve the Nairobi Declaration, which formally recognizes the Traditional Medicine as affordable,
  • ask the Secretary-General in collaboration with WHO, to attend the Heads of States of the African Union for the implementation of an action plan.

WHO, through its office for Traditional Medicine, published a remarkable strategic action plan for 2001-2005, highlighting policy issues, safety, efficiency and quality. Access to and rational use of Traditional and Alternative Medicine was highly recommended.

Given all these commitments ratified by the states, we must recognize that the effective implementation soon to be 16 years. Several African countries have not yet established a legal framework for the Traditional Medicine which drains 90% of the population and their needs for health.

In several African countries the budget allocated to this medicine varies between 0 and 5%; Africa continues to ruin his major in economics an expensive medicine, questionable practices and medicines that are mostly useless placebos, toxic.

More than 400 drugs are banned in North officially on sale in pharmacies.

Several times a year the WCO (World Customs Organization) made huge seizures at ports and airports in Africa. It’s worrying! …

If “health is the basis of all development,” we do not understand why our health in many of our countries is still only in exogenous hands?! …

In this changing world, medicines and other pharmaceutical products from large laboratories North have shown their limits in the management and the management of mental illness, psychosomatic, viral diseases, degenerative, essential etc.

North of leading scientists are in our villages spirit to plunder our traditional resources, meanwhile, governments tend our hands to the North to come solve our health problems. It will not be surprising if tomorrow the North come teach African medicine of their grandparents.

Why for over 5 decades of independence, we are going in circles?

  • Are there a lack of political will?
  • Are the lack of financial and economic support?
  • Are the absence of a favorable legal and administrative framework?
  • Are this because strategies, methodologies, research hypotheses are inadequate or poorly designed?
  • Are this because the power of African countries is exogenous to Africa?
  • Are linked to the dictates of the major pharmaceutical laboratories that want to safeguard their interests?
  • Are this because the African intellectual is calibrated, limited, alienated, distorted … and turns back to its own roots?
  • Are this because Africa actually believes she is capable of anything, and that the solutions to its problems must come from the north?

To each searching.

In this disturbing context, WHO-AFRO invites us to celebrate the 14th African Day of Traditional Medicine under the theme “Regulation of Products Coming of Traditional Medicine in the African Region”

In other words, WHO invites us to regulate GREEN GOLD, which will run tomorrow’s world and a harmonious development of the African continent. The theme is consistent and compelling in the current global context. The renewed interest in the products of Traditional Medicine is growing exponentially all over the world except Africa.

That is why, PROMETRA International and its 28 national representatives worldwide greet and welcome the WHO-AFRO to the relevance of the theme of this 14th Jamt. PROMETRA International invites each and all members of our network:

– Be closer to our core leaders we have the honor of serving, holders healers of this health heritage, to raise awareness and knowledge transfer their knowledge to their students and insiders,

– Organize days, seminars, workshops, fairs for products of Traditional Medicine, manifestations in the form of advocacy with your governments, to educate, sensitize them on the need to consider as urgent task the regulations derived products Traditional Medicine, if we want a future for our continent.

PROMETRA International invites all members to note the network to involve the media in the activities celebrating this important day.

PROMETRA International hopes that this day, this day is an opportunity to show that the health and well being of people has always been a concern of African traditional healers, since time immemorial.

The development is an endogenous process. Without rehabilitation of Traditional Medicine without the regulation of products of Traditional Medicine without the protection of the products of Traditional Medicine …, no development is possible in Africa.

I appeal to the conscience of each other to take this opportunity to lay the foundations of a health system that always look everywhere to find local solutions to our local problems.

Dr. Erick GBODOSSOU 

French

Mes Biens Aimés Frères Et Sœurs,

Depuis la conférence d’Alma Ata en 1978, l’Organisation Mondiale de la Santé-OMS- a toujours eu une vision cohérente en matière de Médecine Traditionnelle.

Faut-il le rappeler, en juillet 2001 lors du Sommet de Lusaka, les Chefs d’Etats Africains ont prit une position historiques, faisant de la décennie 2001-2010 celle de la réhabilitation de la Médecine Traditionnelle. Cette importante déclaration:

  • reconnait le rôle important que la Médecine Traditionnelle ne cesse de jouer dans les sociétés africaines,
  • reconnait que les Etats membres et leurs gouvernements doivent nécessairement mettre sur pied une base de la connaissance des ressources traditionnelles, afin de permettre d’atteindre l’objectif ” la santé pour tous…”, en mobilisant et en utilisant ces ressources de manière plus efficace,
  • approuvent la déclaration de Nairobi, qui reconnait formellement la Médecine Traditionnelle comme étant accessible financièrement,
  • demandent au Secrétaire général en collaboration avec l’OMS, d’assister les Chefs d’Etats de l’Union Africaine pour la mise en œuvre d’un plan d’action.

L’OMS, à travers son bureau chargé de la Médecine Traditionnelle, a publié un plan d’action stratégique remarquable pour la période 2001-2005, en mettant en exergue les questions de politique, de sécurité, d’efficacité et de qualité. L’accès et l’utilisation rationnelle des Médecines Traditionnelles et alternatives a été fortement recommandé.

Au regard de tous ces engagements ratifiés par les états, force est de reconnaître que l’application effective tarde à se faire depuis 16 ans. Plusieurs pays africains n’ont pas encore mis en place un cadre légal pour cette Médecine Traditionnelle qui draine 90% des populations, ainsi que leurs besoins pour la santé.

Dans plusieurs états africains le budget alloué à cette médecine varie entre 0 et 5%; l’Afrique continue de ruiner son économie en important une médecine onéreuse, des pratiques douteuses et des médicaments qui sont pour la plupart des placebos inutiles, toxiques.

Plus de 400 médicaments interdits au Nord sont en vente officiellement dans nos pharmacies.

Plusieurs fois dans l’année l’OMD (Organisation Mondiale des Douanes) fait des saisies énormes dans les ports et aéroports d’Afrique. C’est préoccupant!…

Si “la santé est la base de tout développement”, nous ne comprenons pas pourquoi notre santé dans beaucoup de nos pays soit encore exclusivement dans des mains exogènes?!…

Dans ce monde en pleine mutation, les médicaments et autres produits pharmaceutiques issus des grands laboratoires du Nord ont montré leurs limites dans la gestion et la prise en charge des maladies psychiques, psychosomatiques, les maladies virales, dégénératives, essentielles etc.

Des sommités scientifiques du Nord sont dans nos villages entrain de piller nos ressources traditionnelles, pendant ce temps, nos gouvernements tendent les mains au Nord pour venir régler nos problèmes de santé. Il ne sera pas surprenant que demain le Nord vienne apprendre aux africains, la médecine de leurs grand parents.

Pourquoi depuis plus de 5 décennies d’indépendance, nous tournons en rond?

  • Es-ce un manque de volonté politique?
  • Es-ce un manque d’appui financier et économique?
  • Es-ce l’absence d’un cadre administratif et légal favorable?
  • Es-ce parce que les stratégies, les méthodologies, les hypothèses de recherches sont inadaptées ou mal conçues?
  • Es-ce parce que le pouvoir des pays Africains est exogène à l’Afrique?
  • Es-ce lié au dictat des grands laboratoires pharmaceutique, qui veulent préserver leurs intérêts?
  • Es-ce parce que l’Africain intellectuel est taré, borné, aliéné, dénaturé… et tourne le dos à ses propres racines?
  • Es-ce parce que l’Afrique croit réellement qu’elle n’est capable de rien, et que les solutions de ses problèmes doivent venir du Nord?

A chacun de chercher.

Dans ce contexte préoccupant, l’OMS-AFRO nous invite à célébrer la 14ième Journée Africaine de la Médecine Traditionnelle sous le thème: “Réglementation des Produits Issus de la Médecine Traditionnelle dans la Région Africaine”

En d’autres termes, l’OMS nous invite à réglementer l’OR VERT, qui fera courir le monde de demain, et permettre un développement harmonieux du continent Africain. Le thème est cohérent et impérieux dans le contexte mondial actuel. Le regain d’intérêt pour les produits issus de la Médecine Traditionnelle est de croissance exponentielle partout dans le monde sauf en Afrique.

C’est la raison pour laquelle, PROMETRA International et ses 28 représentations nationales à travers le monde saluent et félicitent l’OMS-AFRO pour la pertinence du thème de cette 14 ième JAMT. PROMETRA International invite chacun et tous, membres de notre réseau à:

– se rapprocher davantage de nos leaders de base que nous avons l’honneur de servir, les guérisseurs détenteurs de ce patrimoine sanitaire, pour les sensibiliser à transmettre leurs connaissances et savoirs à leurs élèves et initiés,

– Organiser des journées, séminaires, ateliers, des foires aux produits issus de la Médecine Traditionnelle, des manifestations sous forme de plaidoyers auprès de vos gouvernements respectifs, pour les sensibiliser, les conscientiser sur la nécessiter de considérer comme tache pressante la réglementations des produits issus de la Médecine Traditionnelle, si nous voulons un avenir pour notre continent.

PROMETRA International invite tous les membres de noter réseau à impliquer les médias dans les activités de célébration de cette importante journée.

PROMETRA International souhaite que cette journée, notre journée soit une occasion de montrer que la santé et le bien être des populations a toujours été une préoccupation des guérisseurs traditionnels africains, depuis la nuit des temps.

Le développement est un processus endogène. Sans la réhabilitation de la Médecine Traditionnelle, sans la réglementation des produits issus de la Médecine Traditionnelle, sans la protection des produits de la Médecine Traditionnelle…, aucun développement n’est possible en Afrique.

J’interpelle la conscience des uns et des autres pour saisir cette opportunité, afin de poser les bases d’un système sanitaire qui cherchera toujours et partout à trouver des solutions locales à nos problèmes locaux.

Dr Erick GBODOSSOU